11 juillet 2019 ~ Commentaires fermés

Ces gens que l’on croise

Ces gens que l’on croise et qui nous marquent, qui vont demeurer dans notre mémoire à jamais et pour toujours. On ne sait pas par quel hasard, on se trouve devant eux, parfois cela va jusqu’à l’amitié et un tas de confidences ; une grande complicité. Ceux qui restent présents dans notre esprit ont souvent un parcours original, souvent heurté, toujours riche et enrichissant.

Hier, discutant avec quelqu’un de choses et d’autres, à un moment donné, j’ai évoqué Miriam Makeba, ses chansons, ses engagements… quand la personne, tout d’un coup, m’apprit qu’elle l’avait connue, personnellement, mangé avec elle, etc,etc… Plus qu’un livre, j’ai pu recueillir des informations que je n’avais pas, apprendre des noms que j’ignorais…

En plus de la légende, d’une manière extraordinaire, on croise des personnes qui ont vécu la légende de l’intérieur…alors on écoute ; on apprend, tout le temps. On avance, désireux de parfaire nos connaissances , désireux de sentir et de ressentir. Nous avons tous besoin de vibrations, de bonnes vibrations.

Miriam Makeba est une femme dont le parcours a été souvent salué et onze ans après sa mort, elle suscite encore l’admiration.  J’ai écrit : est une femme ‘ , c’est que je ne parviens pas parfois à conjuguer au passé ; dans mon esprit, c’est toujours une femme et son action se prolonge…

La personne que j’ai croisée hier, est un homme au parcours certainement pas simple, à la vie probablement dure, intellectuellement parlant, mais il a cette force, cette sagesse qui renvoient aux griots africains.

Il y a des amitiés naissantes que l’on voudrait voir vivre longtemps, longtemps…

***

***

mmz – jeudi 11 juillet 2019 – à Barry.

Les Commentaires sont fermés.

Il mondo della poesia |
Allusions infimes |
LaPage2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog d'une pythagoricienne
| mes petites idées
| Blog de Aymane Hafit ...