11 juillet 2018 ~ Commentaires fermés

La route comme repère

La route comme repère

Et ce souvenir vif qui ne quitte pas l’esprit

Il n’est pas vrai que tous les chemins mènent à Rome

Autrefois, peut-être

La musique Country avec ses instruments particuliers et si singuliers peut accompagner tous les voyageurs

Le Blues, la musique blues est un chant qui ne s’arrêtera jamais, il suffit d’écouter, il suffit de suivre l’actualité

Les Américains sont un peuple de dingues, volontaire certes, mais de temps à autre, les Américains et leurs dirigeants dérapent, des dérapages absolument pas contrôlés

La loi du plus fort

 » Taisez-vous, je parle ! « 

Le car roule toujours

Ce chemin mène à Paris

C’est le chemin du retour

Non, pas à la case départ

Fin du premier entracte

Fin de l’intermède

Chacun retient ce qu’il veut

Les ‘feuillets’ sont là, à jamais, pour toujours, personne ne pourra contester l’histoire, l’évènement, l’acte.

Acte et entracte, il y en aura d’autres, obligatoirement

L’heure ne tourne pas assez vite

La pause ‘principale’ et nécessaire d’une demi-heure semble une éternité d’autant qu’il n’y a aucune envie de consommer…

Le sommeil, ici comme ailleurs, est difficile à trouver

La concentration est défaillante, ni lecture ni écriture

Tous les chemins ne mènent pas à Rome, c’est une connerie

Les dictons, les adages, les proverbes et un tas de citations sont à revoir, ils donnent parfois l’impression de prendre les gens pour des godillots

Tiens, nouvelle référence à la politique

A l’origine, le terme et sa pratique devaient avoir de la noblesse

Noblesse, en début de ligne, préférable, la majuscule est incontestable

Sans les ordres

Ce dernier mot est un mot familier, dans le sens de classement, sans les bottes, sans le bruit des bottes

Marne-la-Vallée

Encore 40 kilomètres, donc une à deux heures, les bouchons sont inévitables

Les livres manquaient

Les livres et le cadre pour les lire

La table de travail aussi

Cinq jours sans lire ni écrire, un châtiment terrible

Il y a comme un besoin de solitude

Se recroqueviller quelques heures

Se lover

Les traumatismes nécessitent , d’abord, du repli

Se lover donne le sentiment de s’envelopper

Les accidentés et les rescapés ont souvent froid, on leur donne des couvertures

Et de l’eau

L’eau pour étancher la soif, l’eau pour se laver, se purifier

La nuit tombe, de nouveau le Pont de Nogent

Plus que quelques kilomètres et désormais, c’est certain, sauf panne ou accident : dans quelques minutes nous arriverons à la gare routière…

***

Mercredi 11 juillet 2018 – mmz ( Publié vers 4 heures 30 du matin.

 

 

Les Commentaires sont fermés.

Il mondo della poesia |
Allusions infimes |
LaPage2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog d'une pythagoricienne
| mes petites idées
| Blog de Aymane Hafit ...