08 juillet 2018 ~ Commentaires fermés

En passant par Hagondange

-  Pour Strasbourg, vous aurez deux changements, l’un à Hagondange, l’autre à Metz. Attention, à Hagondange vous n’aurez que sept minutes pour effectuer le changement. Vous prenez ?

- J’ai pas vraiment le choix…Et ça fera combien ?

- 39 euros.

Une  journée chère, dure, éprouvante.

§§§

Dans le train, les choses remontent à la surface.

L’épisode de la matinée se repasse comme un film, avec des ralentis et des pauses.

Noël dans un peu plus d’un mois…

Trouver, inventer un mensonge vraisemblable pour rassurer et justifier les 5/6 heures de retard. ‘ Mensonge vraisemblable ‘ fait sourire et dodeliner la tête… Puis, il y a encore le temps, et cette nuit qui tombe va apporter conseil et apaisement…

§§§

Le changement à Hagondange s’effectue sur le même quai, rapidement et sans difficulté.

Le train pour Metz est bondé, a priori la liaison permet à beaucoup de travailleurs de rejoindre la grande ville lorraine.

Il fait nuit.

Metz est une jolie ville, parfaitement restaurée et réhabilitée, un peu comme Bordeaux et Strasbourg, elle offre un visage quasi impérial.

Ce sont là des souvenirs ; la soirée fraiche et les cinquante minutes avant le départ du prochain train ne permettent pas de quitter l’enceinte de la gare. A cela, il faut ajouter le poids d’un sac et d’une valise.

§§§

Encore une heure de chemin de fer…

Dormir un peu

Il sera 21 heures 13 lorsque le train entrera en gare de la capitale alsacienne.

‘ Strasbourg, ma bonne ville ‘  est le titre d’un chapitre très personnel écrit et publié il y a bientôt dix ans.

Les années passent, ce ne sont pas que des mots, c’est une réalité, souvent violente, même si la création passée peut laisser, parfois, une saveur douce.

Le ‘ Mensonge vraisemblable ‘ est trouvé. Il a ‘fonctionné’ avec deux proches, il s’agira de le peaufiner en le racontant une nouvelle fois.

§§§

Enfin à destination !

Le souvenir d’un Strasbourg/Vintimille en douze heures revient à l’esprit, avec une succulente  pizza faite et servie par une vieille dame âgée de plus de 80 ans. C’était l’été, il faisait beau, la Toscane en point de chute…

L’Alsace est aussi une très belle région.

Cependant, la fatigue commence à se faire sentir.

La lassitude aussi.

Encore un quart d’heure de tram et la journée finira par s’achever…

***

Dimanche 8 juillet – mmz – Publié vers minuit et quart.

 

 

Les Commentaires sont fermés.

Il mondo della poesia |
Allusions infimes |
LaPage2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog d'une pythagoricienne
| mes petites idées
| Blog de Aymane Hafit ...